Actualité international

Le rappeur Snoop Dogg accusé de viol par une de ses ex-danseuses

La femme a porté plainte contre son ancien patron et un de ses associés, qui l’auraient forcée à avoir des rapports sexuels non consentis en 2013, à Los Angeles.

Alors qu’il vient tout juste d’acquérir le label de hip-hop Death Row, le rappeur Snoop Dogg (Calvin Broadus, pour l’état civil) est visé par une plainte pour viol à Los Angeles. Déposée jeudi 10 février au civil devant un tribunal fédéral, elle vise également Bishop Don « Magic » Juan (de son vrai nom Donald Campbell), présenté comme le « conseiller spirituel » de Snoop Dogg.

Selon le récit de la plaignante, qui a requis l’anonymat, elle se produisait, à l’époque des faits, comme danseuse, sur scène, pour l’artiste et d’autres rappeurs. A l’issue d’une soirée au studio de Snoop Dogg en mai 2013, Campbell avait proposé de la raccompagner chez elle mais l’avait en réalité conduite à son propre domicile où, « épuisée, elle s’était endormie ».

« Humiliée, terrifiée et paniquée »

Elle accuse Campbell de l’avoir agressée sexuellement au petit matin, avant de la conduire de nouveau au studio de Snoop Dogg pour une audition plus tard dans la journée. Une fois là-bas, elle s’était sentie mal et s’était rendue aux toilettes. Snoop Dogg en aurait alors profité pour ouvrir la porte des toilettes et contraindre la jeune femme à une fellation pendant qu’elle se soulageait. Avant de la laisser là, « humiliée, terrifiée et paniquée », selon la plainte.

La jeune femme demande des dommages et intérêts d’un montant non précisé. Le jour même du dépôt de la plainte, après l’échec d’une médiation privée entre les deux parties, Snoop Dogg publiait sur son compte Instagram que « la saison des croqueuses de diamants [gold diggers, en anglais] a commencé »« Soyez prudents », a-t-il lancé à ses fans dans ce message, sans référence explicite à la plainte mais accompagné d’émojis représentant un policier, un juge et un sac d’argent.

Le 9 février, le rappeur, considéré comme l’un des plus riches aux Etats-Unis, a racheté au MNRK Music Group le mythique label de hip-hop Death Row, avec lequel il a commencé sa carrière, en 1993. Et il fait partie des stars qui se produiront dimanche à Los Angeles lors de la finale du championnat de football américain, le Super Bowl, l’un des événements les plus suivis de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.