Actualité société

Succession de Mourchid Iyane Thiam : Dr Khadim Mbacké déplore l’attitude de l’imam Oumar Diène et Cie

La succession de Mourchid Iyane Thiam fait toujours polémique. Bien que ce mardi 6 avril, une réunion de crise ait été convoquée au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique par le maitre des lieux, Antoine Félix Abdoulaye Diome.
Toutefois, l’islamologue, le docteur Khadim Mbacké, déplore cette bataille autour de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc). Il a appelé l’Etat à prendre ses responsabilités pour régler ce problème. «J’ai écrit au président de la République dès le début de son mandat, pour lui demander de s’occuper d’un ensemble de questions religieuses très sensibles dont cette histoire de représentativité de la communauté. Il est possible de mettre en place un Conseil supérieur islamique où se trouvent des représentants de toutes les communautés religieuses, pour réfléchir ensemble sur les questions qui intéressent la Oummah, notamment cette question du mois de ramadan», a laissé entendre le directeur de Recherche émérite de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).
«Pourquoi je regrette cette situation»
Le Dr Mbacké estime que l’Etat a un rôle à jouer, dans cette affaire. «Il est le responsable de l’unité nationale, de la cohésion nationale. Donc, tout ce qui est de nature à menacer ces dernières doit préoccuper l’Etat au plus haut point. Il doit faire tout pour choisir les meilleures personnes les plus représentatives, pour siéger au sein de cette commission», a-t-il fait savoir.
De plus, il dit regretter, sur la Rfm, comme tous les musulmans, cette situation, d’autant plus que les concernés sont supposés être des exemples à suivre. «Quand on est imam, quand on est choisi pour représenter la communauté, on doit donner l’exemple en termes de bonne conduite. Le fait qu’il se dispute autour de la direction de la commission, à la veille du ramadan, qui est un mois d’unité et de solidarité, est juste déplorable. Je pense qu’ils doivent se souvenir de leurs responsabilités, des enseignements de leurs autorités».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *