Actualité Sport

Scandale raciste lors de Cadiz-Valence : Mouctar Diakhaby raconte sa version des faits

Une nouvelle affaire de racisme a secoué le football espagnol ce week-end. Lors de Cadiz-Valence (2-1, 29e journée de Liga), Mouctar Diakhaby (24 ans) a été la cible d’insultes à caractère racial de la part de l’un de ses adversaires. L’ancien Lyonnais a quitté le terrain avec ses coéquipiers, entraînant l’arrêt de la partie pendant de longues minutes. Le match a finalement repris, le défenseur français du club che ayant pris place sur le banc de touche à la reprise.

Le jeune homme, après l’onde de choc terrible de l’autre côté des Pyrénées et ailleurs, a pris la parole, via ses réseaux sociaux pour raconter ce qui lui est arrivé. « Je voulais parler de ce qui s’est passé à Cadiz. Après deux jours, je suis maintenant tranquille et je voulais en parler. À Cadiz, il y a un joueur qui m’a insulté. Les mots ont été : « n….. de mierda ». Il m’a dit ça. Je ne peux pas cautionner cela. C’est intolérable. Vous avez vu ma réaction et cela ne peut pas se passer dans la vie, ni dans le foot», a-t-il expliqué avant de poursuivre.

Des sanctions espérées

«Mes coéquipiers ont décidé de rentrer au vestiaire, c’était la bonne décision. Un de leurs joueurs nous a dit que si chacun s’excusait, on retournerait sur le terrain. Mes coéquipiers ont dit que ça ne pouvait pas se passer comme cela. On ne peut pas dire des choses comme ça, et s’excuser puis passer à autre chose. Aujourd’hui, je me sens bien. Ça m’a beaucoup touché, mais bon malheureusement, c’est la vie. C’est comme ça», a-t-il confié, espérant désormais des sanctions à la hauteur.

«J’espère que la Liga va réagir et donner des sanctions pour qu’on puisse progresser», a-t-il lancé. L’ex-Gone n’a ensuite pas manqué de remercier toutes les personnes lui ayant témoigné leur solidarité face à cette attaque personnelle, son club, ses partenaires, son staff et son public bien évidemment mais aussi les autres acteurs de la planète football ayant pris position. «Je veux vous dire que tout va bien, merci beaucoup», a-t-il conclu. Et c’est bien là le principal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *