A la Une Actualité Faits-divers

Pour un bol de riz un maçon encourt 20 ans de réclusion criminelle

Le nommé Pape Abdoulaye Sarr, âgé de de 32 ans, exerçant la profession de maçon et domicilié à Pikine, a comparu hier à l’audience de la chambre criminelle du Tribunal de Grande Instance de Dakar. Il répondait des faits de tentative de meurtre. Le ministère public a requis 20 ans de réclusion criminelle.

 Les faits pour lesquels Pape Abdoulaye Sarr a comparu hier à l’audience de la chambre criminelle du Tgi de Dakar remontent au 28 août 2017. Ce jour-là, il avait attaqué sa victime en lui balançant une brique avant de s’acharner sur elle, lui administrant plusieurs coups de couteaux sur les parties vitales du corps. Evacué à l’hôpital de Fann, suite à ses profondes blessures, la victime a été sauvée. « On n’avait aucun différend, mais on ne se parlait pas durant 3 mois. Il m’a trouvé un jour devant notre domicile en train de manger du riz. Il m’a dit qu’il allait manger sans se faire inviter. Je ne lui ai pas interdit et il a continué à parler. Il m’a trouvé le lendemain au grand’ place du  quartier  et  m’a  attaqué.  On  s’est battu et je suis allé chercher à manger. A mon retour, il m’a attaqué à nouveau devant son domicile. Il m’a surpris par derrière et m’a poignardé à la joue et au bras  gauche.  J’ai  été  secouru  par  une jeune fille qui m’avait donné son foulard avec lequel j’ai tenté d’arrêter l’hémorragie et je me suis rendu à l’hôpital », a expliqué le partie civile, Gora Daffé.

A en croire l’accusé, ils se sont battus à cause d’un bol de riz. « Je l’ai trouvé devant la boutique, et il m’a demandé de venir manger du « Bolou Doff » (reste du déjeuner), je lui ai répondu que j’ai de quoi  payer  pour  manger.  Il  m’a  traité d’impoli et m’a insulté avant de m’attaquer. Il m’a trouvé le lendemain devant la boutique avec ses compagnons. J’étais ivre et on s’est battu. Séparés, je me suis retiré chez moi pour m’armer d’un couteau. Je l’ai poignardé à la joue et lui ai tranché la langue avant de le blesser à l’épaule gauche. J’ai jeté le couteau et j’ai pris la fuite.   «Je n’ai jamais eu l’intention de lui ôter la vie.  Je voulais juste me défendre », s’est défendu l’accusé.

Selon le maître des poursuites, l’accusé avait déclaré à l’instruction qu’il avait agi sous le coup de la colère. «  Les  faits  ne  souffrent d’aucun  doute.  Pape  Sarr  avait  poignardé sa victime lors d’une bagarre à cause d’un bol de riz, il l’avait guetté et l’a abandonné dans un état critique », a estimé le ministère public qui a requis 20 ans de réclusion criminelle à l’encontre de l’accusé pour tentative de meurtre.

Quant aux conseils de la défense, Mes Boubacar Dramé et El Malick Diouf, ils ont plaidé la clémence du tribunal et ont demandé à la chambre de disqualifier les faits en coups et blessures volontaires. La chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le 11 janvier prochain. Le Témoin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *