A la Une Actualité

Le piège de Macky à Khalifa : Jules Diop fait le job !

Le chef de l’Etat continue ses consultations même après son dernier  remaniement ministériel. Et- cette fois-ci, c’est une grosse pointure qu’il est dans sa ligne de mire. Il s’agit en effet de l’homme politique dont  » sa caisse d’avance » a fini de mener en prison. Il s’agit de Khalifa Sall lui meme. A l’émission de Grand Jury de ce dimanche une info de taille qu’il a assorti à des recoupements. Khalifa Sall se serait rencontré avec le Premier Sénégalais en lieu tenu secret. Mais cette info relèverait de la manipulation à défaut de le convaincre de rejoindre la mouvance présidentielle.

Le président continue de ratisser large en vue de se constituer une large majorité en perspectives de son éventuel troisième mandat qui l’empêcherait de dormir. Après avoir limogé plusieurs de ses proches dont Sory kaba, ancien Directeur des Sénégalais  de l’Extérieur, Moustapha Diakhaté, ex-ministre conseiller et Me Moussa Diop, ex-directeur général de Dakar Dem Dikk pour avoir affirmé l’impossibilité d’un troisième mandat, le revoilà qui  prend le sens inverse de cette donne

En effet  après avoir nommé Idrissa Seck le leader de Rewmi à la tête du Conseil Economique Social et Environnemental (Cese), il table cette fois-ci sur celui qui l’a mis en prison pour l’empêcher de se présenter à la présidentielle de 2019.Il s’agit de l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall.

Et c’est Souleymane Jules Diop qui  annonce la rencontre secrète entre les deux hommes. Selon lui, Macky Sall et Khalifa Sall continuent de  se voir et de discuter. Il ne compte pas cependant révéler la teneur de leur discussion. Même si dehors officiellement ils se battent, ils échangent et discutent toujours , a dit Souleymane Jules Diop ce dimanche sur la Rfm.

Mais au-delà des effets d’annonce et des croque-en jambes de tout acabit, sur les colonnes de Libération, Khalifa dément avec véhémence cette rencontre sécrète entre lui et le Président Macky Sall. L’ancien maire de Dakar est d’avis qu’on ne peut l’empêcher d’aller à la présidentielle au point de l’emprisonner et qu’aujourd’hui il daigne négocier quoi que ce soit avec le Chef de l’Etat. Cette rencontre est archi-faux, a-t-il argué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *