A la Une Actualité

Un chalutier Sénégalais arrêté à Gambie

Selon, Emedia un chalutier sénégalais a été intercepté, il y a deux jours au large de la Gambie et relâché sur ordre du ministre gambien de la Pêche. Le mis en cause a été intercepté en compagnie de six autres chalutiers dont 4 chinois qui pêchaient illégalement dans les eaux gambiennes. Malgré les efforts du pays voisin immédiat du Sénégal pour intensifier la surveillance de ses eaux, la pêche illégale est toujours très pratiquée au large du pays. Un phénomène qui constitue un manque à gagner énorme et un préjudice pour les pêcheurs locaux.

C’est via un communiqué de presse que la marine gambienne a informé de l’interception de six navires de pêche trouvés en train de pêcher illégalement dans les eaux gambiennes, mercredi dernier. Cet arraisonnement comprend quatre navires chinois, un gambien et un chalutier sénégalais. Deux jours après, l’on apprend ce soir la libération du chalutier sénégalais. Sur quelle garantie doit-on cette levée d’écrou ? L’on ignore pour l’instant.

Contacté, James Gomez, le ministre gambien de la Pêche n’a pas souhaité confirmer l’information. Cependant, notre source proche du dossier a confirmé la libération du Sénégalais. Les efforts visant à endiguer les incursions de navires étrangers qui pratiquent la pêche illégale en Gambie ont été intensifiés par la marine nationale ces derniers mois, soutenue en cela par Sea Shepherd, une organisation internationale de conservation de la faune marine.

Règlement à l’amiable

Si l’on sait désormais que le chalutier sénégalais a été libéré, il n’y a aucune indication concernant les quatre navires chinois et celui du chalutier gambien. Théoriquement, la pêche illégale est sévèrement punie dans le pays. Selon les textes, tout contrevenant est passible d’une peine maximale de dix ans de prison ferme et d’une amende de 25 millions de dalasis, environ 250 millions FCFA. Mais en pratique, la réalité semble plus complexe.

La stratégie du ministère des Pêches semble opter pour un règlement à l’amiable. Une pratique ayant fait l’objet de scandale récemment entre le secrétaire général du ministère de la Pêche et des hommes d’affaires chinois qui s’activent dans la transformation de poissons en Gambie. A rappeler qu’il existe bel et bien un accord de pêche bilatéral signé en 2017 entre le Sénégal et la Gambie mais celui-ci comporte un certain nombre de préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *