Actualité international

Naufrage au large de la Libye: 45 migrants trouvent la mort, des Sénégalais parmi les survivants

Au moins 45 migrants et réfugiés sont morts le 17 août dans un naufrage en mer Méditerranée au large de la Libye. Le moteur de leur embarcation a explosé alors qu’ils se trouvaient au large de la ville libyenne côtière de Zouara. 37 survivants, principalement originaires du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana, ont été secourus par des pêcheurs locaux, puis mis en détention après leur débarquement en Libye.

Ce nouveau naufrage en Méditerranée est le plus meurtrier enregistré au large des côtes libyennes depuis le début de l’année, ont précisé mercredi l’Oim et le Hcr qui se sont dits profondément attristés par la mort tragique de ces 45 personnes, dont cinq enfants. A la suite de cette tragédie, les deux structures appellent les Etats à réviser leur approche et à renforcer d’urgence les capacités de recherche et de sauvetage afin de répondre aux appels de détresse en mer. « Nous craignons qu’en l’absence d’une augmentation urgente des capacités de recherche et de sauvetage, d’autres catastrophes pourraient survenir, de façon similaire aux tragédies ayant causé de nombreuses victimes en Méditerranée centrale avant le lancement de Mare Nostrum (opération de secours de la marine italienne d’octobre 2013 à octobre 2014) », ont déclaré l’Oim et le Hcr dans une déclaration conjointe.

Au moins 302 migrants et réfugiés tentant d’atteindre l’Europe en traversant la Méditerranée depuis l’Afrique ont déjà péri cette année. Selon le projet de l’Oim sur les migrants disparus (Missing migrants project) et le Hcr, le nombre actuel de décès est probablement beaucoup plus élevé. L’Oim et le Hcr soulignent par ailleurs que la pandémie de Covid-19 ne doit pas servir de prétexte pour refuser aux personnes l’accès à toute forme de protection internationale. Plus de 17.000 personnes sont arrivées en Italie et à Malte cette année par bateau en provenance de la Libye et de la Tunisie, soit trois fois plus qu’en 2019.
Source: Libération on line

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *