Inconnue

TRAFIC DE YAMBA:Abdoulaye Barry et son co-accusé risque 10 à 15 ans de prison…

Les nommés Abdoulaye Barry, âgé de 39 ans, exerçant la profession de chauffeur, et Fallou Diouf, âgé de 29 ans et mécanicien, tous les deux domiciliés à Keur Massar, ont comparu hier à l’audience de la chambre criminelle du tribunal de grande instance(Tgi) de Dakar. Ils répondaient des faits d’association de malfaiteurs, trafic international de drogue et blanchiment de capitaux. Le parquet a requis une peine 10 ans contre Abdoulaye Barry et 15 ans à l’encontre de Fallou Diouf.

Les faits pour lesquels Abdoulaye Barry et Fallou Diouf ont comparu hier à l’audience de la chambre criminelle du Tgi de Dakar remontent en 2017. C’est suite à une dénonciation que les gendarmes ont saisi deux sacs contenant 40 kg de chanvre indien en provenance du Mali. La saisie a été opérée nuitamment à la Sicap Mbao.

« El Hadj Thiam m’avait invité à une rupture de jeûne et on a sympathisé. Je voulais lui payer sa dette et je lui ai transporté des colis dont un moteur de scooter et deux cartons de médicaments », s’est défendu Abdoulaye Barry. « C’est à Dakar que j’ai su que je transportais du chanvre indien. Je n’avais pas confiance en El Hadji Thiam. J’ai commencé à douter lorsque j’ai appelé Fallou Diouf à mon arrivée à la Sicap Mbao à 18 heures et qu’il m’a dit d’attendre jusqu’à 22 heures pour récupérer les colis », a ajouté le camionneur.

Surveillant les lieux, les gendarmes ont appréhendé Abdoulaye Barry avant d’arrêter Fallou Diouf. « Je ne sais pas à qui appartient le yamba. El Hadj Thiam devait m’envoyer un moteur de scooter », a soutenu le mécanicien Fallou Diouf. Selon le substitut du procureur, la drogue était soigneusement dissimulée sous le camion. « La malle n’est pas destinée à garder des marchandises. Les gendarmes ont déclaré que la drogue saisie a été dissimulée dans une malle se trouvant sous le camion. Le chauffeur Abdoulaye Barry a toujours soutenu que la drogue lui a été remise par El Hadj Thiam au Mali pour qu’il la livre à Fallou Diouf. L’association de malfaiteurs suffit simplement à partager un dessein pour commettre un crime ou un délit. Le trafic est caractérisé par le transport de la marchandise du Mali au Sénégal. Chacun des protagonistes a joué un rôle pour que la drogue puisse pénétrer à l’intérieur du pays », a estimé le ministère public.

Il a ainsi requis 10 ans de travaux forcés contre Abdoulaye Barry et 15 ans à l’encontre de Fallou Diouf. Les conseils de la défense ont sollicité l’acquittement et la relaxe au bénéfice du doute. Selon Me Arouna Basse, son client, Abdoulaye Barry, était de bonne foi, mais il a été doublé par El Hadj Thiam. « L’intention de commettre une infraction n’est pas caractérisée. Le chauffeur du camion ne devait pas être interpellé à cause d’un colis contenant un produit prohibé dont il n’avait pas pris connaissance », a déploré Me Basse. « Fallou Diouf n’a pas été pris sur les faits, il n’y a aucune preuve qu’il s’agisse de chanvre indien », a plaidé Me Amadou Mactar Bèye qui dénonce la précipitation des gendarmes. L’affaire est mise en délibéré pour le 28 juillet prochain. Témoin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *