A la Une international

ABOLITION DE LA PEINE DE MORT A TCHAD

Chad’s President Idriss Deby arrives at the G5 Sahel summit in Pau, southwestern France, Monday Jan.13, 2020. France is preparing its military to better target Islamic extremists in a West African region that has seen a surge of deadly violence. (Regis Duvignau/Pool Photo via AP)

L’Assemblée nationale tchadienne a adopté ce mardi 28 avril à l’unanimité l’abolition de la peine de mort pour les actes de terrorismes. C’est une nouvelle loi sur le terrorisme qui vient supprimer la peine de mort qui a été réintroduite en 2015 suite aux attentats terroristes de Boko Haram.

C’est à l’unanimité que le Parlement tchadien a adopté la nouvelle loi sur le terrorisme réécrite en partie sous la pression de la communauté internationale. En juin 2015 alors que le pays venait de subir les premiers attentats de Boko Haram, le gouvernement a fait adopter une loi portant lutte contre le terrorisme qui prévoit la peine capitale pour les terroristes.

Mais depuis, il n’y a eu qu’une seule exécution. Celle de dix membres du mouvement jihadiste arrêtés après les attentats. En 2017, le nouveau Code pénal abolit la peine de mort pour les crimes de droit commun mais la maintient quand il s’agit du terrorisme. Une disposition qui complique la tâche aux alliés de Ndjamena dans le combat contre le terrorisme dans le cadre du G5 Sahel.

« La coopération judiciaire par exemple est compliquée pour certains pays qui devront extrader des terroristes vers le Tchad qui pourrait les exécuter », explique un expert qui ajoute que la situation du Tchad gênait aussi les partenaires occidentaux qui risquent d’être accusés de financer un pays qui applique la peine capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *