A la Une société

WHATSAPP RÉAGIT CONTRE LES FAKE NEWS

L’application WhatsApp veut contrer la propagation de fausses informations liées à l’épidémie de Covid-19. Sur son blog, elle souligne, « en tant que service de messagerie privée, nous avons intégré plusieurs changements ces dernières années afin de préserver la confidentialité de vos discussions. Par exemple, nous avions auparavant défini des limites sur les messages transférés pour contenir la viralité, ce qui avait alors permis de réduire de 25 % les transferts de message dans le monde entier. » Mais, cela n’a pas limiter la propagation des fakes news sur son réseau.

Pour cela, elle prend d’autres mesures pour stopper ces fausses informations en ces temps de crise sanitaire mondiale. Désormais, ces transferts de messages vont être limité à un seul destinataire.

« L’année dernière, nous avons parlé aux utilisateurs du concept des messages transférés un grand nombre de fois. Ces messages sont marqués d’une double flèche pour indiquer qu’ils ne proviennent pas d’un contact direct. En effet, ces messages sont moins personnels que les messages typiques envoyés sur WhatsApp. Nous mettons désormais en place une limite pour que ces messages ne puissent être transférés que vers une discussion à la fois, » a-t-elle affirmé.

WhatsApp tient à préciser que toutes ces mesures ont pour but de sécuriser son réseau et de permettre à ses utilisateurs d’avoir des conversations strictement personnelles.

« Transférer des messages, est-ce mal ? Absolument pas. Nous savons que de nombreux utilisateurs transfèrent des informations utiles, ainsi que des vidéos drôles, des mèmes et des réflexions ou des prières qui ont de l’importance à leurs yeux. Au cours des dernières semaines, les gens ont également eu recours à WhatsApp pour organiser des événements publics en soutien aux professionnels de santé se trouvant en première ligne. Toutefois, nous avons également remarqué une hausse significative des transferts, que les utilisateurs trouvent trop nombreux, et qui peuvent contribuer à la propagation de fausses informations. Nous pensons qu’il est important de ralentir la diffusion de ces messages pour que WhatsApp reste une application de conversation personnelle », a-t-elle expliqué.

« En plus de ce changement, nous travaillons directement avec des ONG et des gouvernements, notamment l’Organisation mondiale de la santé et plus de 20 ministères de la Santé, pour aider les individus à bénéficier d’informations exactes, » a-t-elle dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *