Actualité

MOUNTAGA SY SUGGÈRE DE S’APPUYER SUR LE PSE POUR ACHEVER LES RÉFORMES

Saly-Portudal (Mbour), 7 mars (APS) – Le directeur général de l’APIX, Mountaga Sy, a souligné samedi l’importance de s’appuyer sur les résultats de la première phase du Plan Sénégal émergent (PSE), pour ‘’achever totalement les réformes structurelles et sectorielles attendues par le secteur privé’’ et tirer davantage profit de la position du Sénégal comme hub d’investissement privé. La mise en œuvre de la première phase du PSE, sur la période 2014-2018, a donné des « résultats satisfaisants’’ par la ‘’mise en place des fondamentaux de l’émergence et un changement d’état d’esprit dans le service public pour plus d’efficacité et d’efficience’’, s’est-il félicité.  Il présidait à Saly-Portudal les travaux de l’atelier de mise œuvre de la feuille de route Doing Business 2021 avec les contributeurs. Pour lui, au vu de la première phase du PSE,‘’il devient essentiel de s’approprier’’ ses résultats ‘’pour les enrichir et passer à l’échelle dans la seconde phase du PSE (2019-2023)’’. L’objectif doit, déclare-t-il, consister à ‘’achever totalement les réformes structurelles et sectorielles attendues par le secteur privé’’ et ‘’bénéficier davantage de notre position de hub d’investissement privé’’. Il a souligné que durant les deux premières phases du Programme de réformes de l’environnement des affaires et de la compétitivité (PREAC, 2013-2015 et 2016-2018), des ‘’réformes et projets majeurs’’ ont été exécutés.  Les délais et coûts de délivrance d’actes administratifs ont été réduits dans les domaines de la création d’entreprise, du transfert de propriété, de l’octroi du permis de construire, de la justice commerciale, du paiement de taxes, de l’accès à l’électricité, de l’accès au crédit et du commerce transfrontalier, en plus de l’amélioration de la qualité des services de l’administration.  ‘’La deuxième phase 2016-2018 que nous venons de boucler, a mis l’accent sur l’efficience par la rationalisation de certains coûts directs liés à l’activité de l’entreprise, le renforcement du cadre juridique avec la création des tribunaux de commerce, l’adoption des lois sur les zones économiques, les bureaux d’information sur le crédit et la protection des investisseurs minoritaires’’, a rappelé Mountaga Sy. Pendant cette période, fait-il remarquer, l’investissement privé domestique et étranger a cru à un taux supérieur à 8% avec l’installation d’investisseurs de référence dans les télécoms, l’agriculture et le développement immobilier. Il souligne que la phase 2 du PSE ‘’matérialise la volonté politique des pouvoirs publics de poursuivre l’assainissement en profondeur de l’environnement des affaires pour le hisser au niveau du climat des affaires des pays émergents’’. Selon lui, ‘’cela passe par l’exécution de la feuille de route de la troisième phase du Programme de réformes de l’environnement des affaires et de la compétitivité (PREAC)’’.

ADE/ASG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *