Actualité Economie Politique

Dialogue national : Famara fait son ego trip

n véritable ego trip, pour emprunter le vocable des rappeurs. Pour ceux qui ne connaissaient pas encore suffisamment le président du Comité de pilotage du dialogue national, Famara Ibrahima Sagna, désormais, son discours du 26 décembre, à l’occasion de sa propre cérémonie d’installation, sera une source privilégiée d’informations. La vie du ‘’grand commis de l’Etat’’, comme il se fait lui-même désigner, y est mise en exergue, sans une aucune fausse modestie.

De Famara Ibrahima Sagna, aucun superlatif ne serait de trop. Premier Sénégalais directeur de la Protection civile, l’homme qui a réussi dans toutes les missions qui lui ont été confiées, un des plus grands ministres de l’Intérieur, un des plus grands ministres des Finances, un des plus grands ministres du Développement rural… De quoi bomber le torse, face à une assistance triée sur le volet. Famara déclare : ‘’Vous m’avez confié ces hautes fonctions à un tournant important de la vie nationale que vous pouvez tous apprécier. C’est la raison pour laquelle les idéaux pour lesquels je me suis toujours battu, les idéaux de concorde, d’entente et de paix durant ma carrière de grand commis de l’Etat, comme on dit, les missions, sur le plan national et international, qui m’ont plusieurs fois été confiées, ont été toujours exécutées à la totale satisfaction de mes supérieurs.’’

De Famara Ibrahima Sagna, tout semble convaincre que c’est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. La somme d’expériences qu’il a su accumuler durant ses 42 ans de loyaux et dévoués services constitue, pour lui, un atout certain. Raison pour laquelle, sans doute, son choix n’aurait souffert d’aucune voix discordante, témoigne le chef de l’Etat, tout aussi ébloui par le profil, une denrée rare sous les cieux. L’esprit du don de soi en bandoulière, le président honoraire du Conseil économique et social, ‘’nommé par décret’’, affirme : ‘’Tout cela (ce parcours) m’a armé d’une somme d’expériences que j’ai accepté de mettre au service de mon pays, somme d’expériences que voici.’’

Sans se faire prier, l’ancien élève breveté, le 15 juin 1961, de l’Institut des hautes études d’outre-mer de Paris (nom donné par la France en 1958, au moment de la décolonisation, à l’ancienne Ecole nationale de la France d’outre-mer), section Administration générale, promotion Charles De Gaulle – tient-il à préciser – retrace sa carrière de ‘’42 ans bien remplie’’. Ancien directeur adjoint des Affaires politiques et administratives au ministère de l’Intérieur sous Waldiodio Ndiaye, premier Sénégalais directeur de la Protection civile, au lendemain des évènements de 1962, sous Abdoulaye Fofana, nommé sur dérogation du président Senghor à cause de son jeune âge, directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement technique, professionnel et de la Formation des cadres, directeur adjoint au Mouvement général des fonds, alors que Jean Colin était aux Finances, puis conseiller technique chargé de la coordination des activités financières et des relations avec les institutions de financement au développement sous Babacar Ba…

Après avoir étalé tout son talent dans les coulisses de ces différentes administrations, l’heure de gloire finit par sonner, pour cet homme de l’ombre. Il témoigne : ‘’C’est après 25 ans de loyaux et dévoués services que j’ai accepté mon premier poste en tant que membre du gouvernement.’’ L’un des plus brillants administrateurs civils occupera ainsi les postes de ministre du Développement rural, en charge de l’Agriculture, de la Pêche et de  l’Elevage ; ministre du Développement industriel et de l’Artisanat, en charge de l’Industrie, de l’Energie, des Mines, de la Géologie et de l’Artisanat ; ministre de l’Intérieur chargé cumulativement de la Décentralisation, de l’Aménagement du territoire, du Développement communautaire et des Mouvements féminins, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan…

En 1993, M. Sagna prend, lui-même, la décision de ne plus faire partie d’un gouvernement. ‘’Ma vie gouvernementale s’est arrêtée le 2 juin 1993, suite à ma nomination comme président du Conseil économique et social. J’ai quitté le gouvernement à cette date pour convenances personnelles’’, s’empresse-t-il de préciser.

Ainsi est-il devenu le 4e personnage de l’Etat du Sénégal. Après 10 ans à la tête de cette institution, il ferme un chapitre de sa vie, en ouvre un autre. Dans les missions nationales comme internationales, le grand commis de l’Etat fait usage de tout son talent. Ce, loin des projecteurs. Jusqu’à sa nomination comme président du Comité de pilotage du dialogue national.

Macky Sall ne s’y trompe pas. Si on l’en croit : l’homme a bien le profil de l’emploi. ‘’Le choix que j’ai porté sur le président Famara Ibrahima Sagna a été le premier point de consensus, lorsqu’il s’est agi de trouver une personnalité d’expérience, indépendante et aux états de service irréprochables, pour assurer la présidence du comité’’. Et d’ajouter : ‘’Le président Famara Ibrahima Sagna a imprimé sa marque partout où il est passé. Son expérience de la vie professionnelle, politique et étatique, sa sagesse et sa disponibilité lui confèrent, assurément, l’autorité morale et le leadership naturel pour mener à bien la tâche dans la séquence de trois mois assignée au dialogue.’’

D’un air taquin, il souligne : ‘’Toute à l’heure, je le taquinais, en lui disant que le 15 juin 1961, je n’étais pas encore né.’’

L’intérêt général et les ordres légaux, la boussole de Famara

Hier, Famara Ibrahima Sagna a, lui-même, défini sa ligne de conduite à la tête du Comité de pilotage du dialogue national. La rigueur, la République, le patriotisme, voilà entre autres mots au cœur de son discours long de 14 pages. Comme un soldat en partance pour une mission. Administrateur civil chevronné, fier et très engagé, il a tenu à rappeler quelques qualités qui faisaient, autrefois, la renommée de ce corps d’élite. ‘’Les administrateurs civils, dit-il, ont toujours eu, entre autres choses, le don de posséder une parfaite maitrise de deux choses importantes dans la vie : savoir obéir à l’autorité républicaine dans le cadre des ordres légaux et légitimes ; savoir commander dans l’intérêt général qui demeure leur boussole’’.

Deux maitres mots qui, sous nos cieux, ont tendance à être relégués au second plan, dans un pays où la volonté du chef vaut souvent loi. Dans le discours de Famara Ibrahima Sagna, le peuple, mandant, retrouve toute la plénitude de sa souveraineté. L’intérêt général, au-dessus de toutes les autres considérations. ‘’Chers compatriotes, dit-il, c’est avec un double sentiment de fierté et de total engagement patriotique que j’ai l’honneur de m’adresser à vous, aujourd’hui, à l’occasion de mon installation officielle comme président du Comité de pilotage du dialogue national. Fierté que vous m’ayez choisi pour réaliser votre rêve d’un Sénégal de concorde et de stabilité qui, à ma compréhension, n’est autre chose qu’un Sénégal de justice, de liberté, de prospérité, de paix et d’émergence’’.

Par ailleurs, en lieu et place des sempiternels remerciements au président de la République, il y a plutôt la gratitude à l’endroit de toutes les parties prenantes du dialogue qui lui ont fait confiance. Il déclare : ‘’Lorsque vous, Monsieur le Président de la République et les acteurs de la vie économique et sociale de notre pays, vous m’avez sollicité pour conduire les importantes assises de cet organe de concertation, que vous n’avez cessé de réclamer avant de la lancer en 2018, je n’ai pas résisté à votre appel…’’

Quand Famara demande et obtient une commission en charge de la lutte contre la corruption

Au lancement du dialogue national, le 28 mai dernier, le président de la République, Macky Sall, avait fait état de cinq commissions. Il s’est agi des commissions politique, économique et sociale ; ressources naturelles ; environnement et cadre de vie ; paix et sécurité. Sur demande du président Famara Ibrahima Sagna, le chef de l’Etat dit avoir approuvé, dans le souci de renforcer le caractère exhaustif et inclusif du dialogue national, le rajout de trois autres commissions. Il s’agit des commissions de la transparence et de la lutte contre la corruption, de la décentralisation et territorialisation des politiques publiques, ainsi que de la commission de synthèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *